Et si le meilleur roman de l’année était déjà sorti ?

La soustraction des possibles, écrit par Joseph Incardona et publié aux éditions Finitude.

Fin des années 80, nous sommes en Suisse. La rencontre entre un prof de tennis un peu gigolo et une jeune banquière arriviste. Sur fond de blanchiment d’argent, de mallettes qui traversent les frontières, de chute du bloc soviétique, voici un grand roman immoral et ambitieux ! Une réussite !

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s