Coup de cœur : La Mer à l’envers

La Mer à l’envers écrit par Marie Darrieussecq aux éditions POL

J’ai un nouveau grand coup de cœur à vous présenter parmi les nouveautés de cette rentrée. Un roman écrit par Marie Darrieussecq. Je ne suis pas particulièrement une fan de l’auteure, j’ai lu Truismes il y a quelques années ainsi que Il faut beaucoup aimer les Hommes. Ces romans, malgré les enthousiasmes qu’ils ont provoqués à l’époque ne m’ont pas marquée. En revanche, celui-ci m’a bouleversée, et je pense sincèrement qu’il va m’accompagner quelques temps, je le mets au même niveau que le roman D’autres vies que la mienne de Emmanuel Carrère, texte qui m’avait profondément émue et que je devrais relire vite, ça ne me ferait pas de mal…

Le point de départ de l’histoire ne paraît pas très attrayant au prime abord : une femme, Rose, fête Noël sur un bateau de croisière avec ses deux enfants. Mais, nous sommes en Méditerranée, de nos jours. Et, là-bas, en ce moment, les bateaux qu’on croise sont plutôt ceux de migrants en quête d’un accès à l’Europe. Et ce qui devait arriver arriva : une nuit des migrants font naufrage près des croisiéristes. Rose aide tant qu’elle peut et fait la connaissance de Younès à qui elle donne le téléphone et le pull de son fils. L’histoire aurait pu s’arrêter là ; le lendemain les naufragés quittent le bateau, Rose et Younès auraient pu ne jamais se revoir. Rose reprend le cours de sa vie. Elle ment lâchement à son fils sur la disparition de son téléphone. Elle retourne travailler, prépare un déménagement. Mais Younès la contacte.

Je ne vais pas en dire plus au risque de déflorer l’histoire. Mais je vais vous préciser qu’il ne s’agit pas seulement d’un roman sur les migrants et leur parcours, mais aussi d’un livre sur le regard que nous avons sur eux, on veut les aider, mais on est effrayé. Peur de quoi ? d’être attaqué ? de changer les choses ? du regard des autres ? de détruire notre cocon ? La peur paraît plus forte que tout.

Du coup, ce roman traite plus de notre société et de ce que nous sommes devenus. On mange bio, on fait des travaux avec des « entrepreneurs Feng-shui » … Mais aussi, notre société est confrontée à des extrémismes, à des attentats. Le monde est devenu violent. Rose est même soulagée d’avoir un jardin : « en cas de désastre ils auraient de quoi boire et faire un potager « .

Au final, Rose et sa famille n’ont pas résolu leurs problèmes en aidant Younès. Je ne pense pas que cela les a rendu plus heureux non plus. Mais ils ne sont pas plus malheureux. J’ai même tendance à penser qu’en bravant ses peurs, Rose reprend sa vie en main, est moins passive…

J’ai était très émue à la lecture de ce roman. Bien sûr je ne me suis pas identifiée au personnage de Rose mais ses doutes et ses combats sont semblables aux miens et j’ai aimé le regard bienveillant de Marie Darrieussecq sur les failles de notre société. Sans jugement ni dénonciation, elle décrit les actes de chacun avec justesse … Certaines scènes de ce livre sont tout simplement déchirantes mais criantes de vérité, je pense en particulier à un passage qui a lieu à Calais et il est indéniable et intolérable qu’aujourd’hui, des gens vivent ainsi…

Je vous recommande vraiment la lecture ce roman qui, je l’espère, saura vous émouvoir autant qu’il m’a ému…N’hésitez pas à m’en parler si vous l’avez lu car c’est un livre tellement riche qu’on pourrait en dire beaucoup plus….

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s